Voici le courriel de Marion, infirmière en réanimation à l’Hôpital de la Croix Rousse, à Lyon,début  octobre 2021 juste après une courte formation très dynamique ,de trois jours,  (c’était un petit groupe : quatre soignantes hospitalières!)

Bonjour Michel,

Je voulais vous faire un retour d’expérience. Je suis rentrée de Paris vendredi soir et samedi matin j’ai tout de suite appliqué ce que vous nous aviez appris.

J’ai pris en charge une patient qui est hospitalisée chez nous depuis 1 semaine et qui est très algique. Elle appréhende énormément les soins, elle  a peur d’avoir mal. J’ai cessé de parler de douleur dans sa chambre mais de confort. Elle a été surprise de la question et du coup elle s’est arrêté pour y réfléchir, elle a coté son confort à 3/ 10 avant que je commence la séance.
Je lui ai parlé de cette « technique de communication très efficace ». On a pris une sorte de rendez vous. Avant la séance d’hypnose j’avais discuté avec elle et elle m’a confié habiter dans une maison avec un Jardin et que le jardin était son activité favorite.

J’ai décidé de prendre cette activité comme fil conducteur de la séance et le but était de ramener du confort. J’ai bien utilisé les 4 oui (voir note°),  j’ai utilisé une catalepsie en guise d’induction  (elle a posé sa main sur la mienne°°) et puis on a commencé la séance. C’est un séance ou l’on  a beaucoup interagi, je savais où elle en était : elle me le montrait en levant le doigt. J’ai ratifié régulièrement, je lui ai laissé du temps, j’ai parlé des sensations du corps ( en premier !!) puis de la vue / des odeurs / du vent et j’ai fini la séance avec les 3 grandes inspirations.
Elle a pu s’occuper de  ses fleurs , désherber , les arroser et puis elle est allé se poser sur le petit mur pour profiter du soleil.

A la fin de cette séance, elle se sentait tout simplement bien, « apaisée » ses traits étaient vraiment détendus et son échelle de confort était de 8/10. Le reste de la journée s’est très bien passé. Elle était en confiance et on a pu la mettre au fauteuil !!

Je suis très émue de cette première séance et j’ai hâte de continuer la pratique et d’évoluer.

Prochain défi faire une séance pendant un soin ! En tout cas merci pour tout ce partage, vous avez vraiment révolutionné ma manière de rentrer en communication avec les autres.

notes de M Ruel:°séquence d’acceptation, ou “yes set” permet d’obtenir une meilleure adhésion du patient à ce qu’on va faire.

°° cette catalepsie a été décrite par Isabelle Bardet,  infirmière de l’Hôpital de Gonesse,

Et voici ce qu’a réalisé Stéphanie, aide soignante dans le service de réhabilitation respiratoire de Plougonven , en Bretagne Nord, qui a été formée par moi en cinq jours (octobre et novembre 2021) à l’utilisation de l’hypnose dans les soins :

Bonjour, 

Je vais vous raconter une séance avec une patiente hospitalisée dans mon service de réhabilitation respiratoire. Lorsque elle est arrivée il y a 5 semaines, elle était diminuée physiquement ( elle ne sortait plus de chez elle depuis 2 ans), et encline à des crises d’angoisse. Lors d’un soin, elle m’avait expliqué que le kinésithérapeute qu’elle consultait lui prodiguait des “séances de détente”, qui l’aidaient au quotidien. Nous avions échangé sur l’hypnose mais madame avait des préjugés bien ancrés; par conséquent je n’ai pas insisté.  Puis jeudi dernier, lors de mon passage dans sa chambre à 13h, elle évoque des crises d’angoisse qu’elle n’arrive pas à gérer. Je lui demande de je lui demande ce qui provoque ces crises d’angoisse qui l’empêchent quotidiennement d’agir, elle me cite  la perspective de son retour à domicile , malgré sa bonne organisation pour laquelle je la complimente, afin de mettre en valeur ses ressources.

M’étant souvenue que le mot hypnose était à proscrire, je lui propose « une séance de confort » avec moi, elle accepte tout de suite.

Au préalable, je lui demande d’écrire sur une feuille ce qu’elle aime faire avant que je revienne la voir en fin d’après midi .A mon retour, elle me montre fièrement le papier où elle a noté ce qu’elle aime :

– ballade à la mer – son chat – son travail – cuisiner -recevoir du monde.

J’ai retenu  que les angoisses l’empêchent de faire une action, je choisis de commencer par une « expérience sécure » à la mer. Je l’interroge, sur le lieu, avec qui? elle me décrit brièvement l’endroit et me dit être accompagnée par sa soeur.

Madame est installée en position semi assise sur son lit, . Je prend une chaise et je m’installe près du lit mais en laissant un peu d’espace entre nous.Je lui indique qu’elle peut ou pourra ouvrir les yeux, qu’elle n’a rien à réussir , seulement de profiter de ce moment présent.

Séquence d’acceptation : elle accepte le souvenir (oui), elle est bien installée(oui), elle est prête à commencer (oui). Scan corporel (note°°°)

Puis m’exprimant au présent, je commence à raconter le souvenir qui démarre du domicile de sa soeur jusqu’au port, ressenti de l’équilibre du corps, environnement ( peut être :arbres et couleurs, fleurs, animaux ) puis se rapprochant du sentier côtier, le soleil, la brise chaude, la mer au loin, calme et apaisante, les mouettes et autres oiseaux de mer, les personnes qu’elles peuvent croiser , les rires, des discussions. Je lui fais faire une pause et observer la mer, je lui demande par un geste de la main de me prévenir lorsqu’elle fait cette action, et d’en profiter, puis retour à la marche jusqu’au port ou elle va prendre le temps de s’asseoir sur un banc et discuter avec sa soeur, savourer le moment. Le contact du bois sous ses mains…retour au domicile autour d’un café ( lieu sécure avec personne sécure), trois inspirations, et elle revient avec moi à Plougonven.

Son visage resplendit des qu’elle ouvre les yeux, le sourire est de retour. Elle me dit : “mais comment avez vous fait pour connaître tous ces détails ? je me voyais marcher le long du sentier, j’avais envie de sourire, qu’est ce que ça fait du bien!” des soupirs de bien être.

Je lui indique qu’elle pourra utiliser ce moment de détente si elle est dans l’inconfort.Ne voulant pas rester dans une ambiguïté, je lui demande si elle a une idée de ce qu’elle vient d’accomplir, elle me répond que non, et je lui explique qu’elle vient de faire une séance d’hypnose, ses a priori disparaissent aussitôt. (Pour rire, elle me dit ” j’espère que vous ne m’avez pas fait faire le singe”. Très enjouée par la séance ,elle en parle à mes collègues qui constatent qu’elle est détendue, plus active et souriante.

Je prévois, si la patiente est demandeuse, de faire une séance sur la cuisine comme elle l’a évoqué sur sa fiche ,ce qui pourra l’aider à retourner à son domicile.Cette séance m’a apporté aussi beaucoup de bonheur et de fierté, elle m’a transmis son bien être à la fin de la séance.Je vais continuer à apprendre et comprendre les subtilités par les livres tels que : 

– L’aide mémoire d’hypnose, -Traité pratique d’hypnose , -Les leviers du changement.

Un grand merci pour cette formation hors du commun, vous êtes le jardinier qui a planté des graines dans mon jardin d’apprentissage et je vais tâcher grâce à votre enseignement d’en faire de belles séances et de permettre aux patients d’en faire la même chose.Merci.

Stéphanie

note°°°: scan corporel = ressentir toutes les sensations du corps dans ce moment où on commence la séance.